Fond de couleur

Le transport solidaire

La LOM ambitionne « d’améliorer concrètement les déplacements au quotidien, pour tous les déplacements et dans tous les territoires grâce à des transports plus faciles, moins coûteux et plus propres ». L’objet du transport solidaire est alors de mettre en relation des conducteurs bénévoles et des bénéficiaires qui ne peuvent pas ou plus se déplacer, pour les accompagner dans leurs déplacements du quotidien. Sur le territoire lozérien, peu fourni en infrastructures de transport, ce type de dispositif est fondamental pour ouvrir le droit à la mobilité pour tous, répondre aux besoins d’une partie non négligeable de la population dans l’incapacité de se déplacer.

Co-construire

Dans ce projet, comme dans tous les autres, nous mettons autour de la table l’ensemble des partie prenantes tout en appliquant des méthodes simples qui permettent d’avancer rapidement pour co-construire les futurs services ou optimiser les existants, s’assurer qu’ils seront adaptés à l’usager et viables. Ainsi, l’ALM, le Secours Catholique, le Clos du Nid et un cabinet d’études, avec le soutien de la Carsat Languedoc-Roussillon, s’unissent pour mettre en œuvre le projet « Bien vieillir en Lozère avec le transport solidaire ». Il a pour ambition d’encourager le vieillissement actif et en bonne santé des seniors à risque de fragilité.

Ont été identifiés les communautés de communes du Haut-Allier, de Terre d’Apcher, Margeride, Aubrac et de Randon-Margeride, comme sites pour la mise en place de solutions de transport solidaire, venant en complément des services de Transport à la Demande existants, des grandes lignes interurbaines gérées par l’AOM Région et du rôle de « plateforme mobilité » que tient l’ALM.

Le public visé est en premier lieu les personnes âgées rencontrant des difficultés physiques, économiques ou cognitives pour se déplacer, mais il a vocation à s’étendre à l’ensemble de la population, en particulier les personnes à risque de fragilité liée à l’environnement et aux conditions de vie (isolement en milieu rural) et les personnes en situation d’handicap.

Le projet envisagé consiste à :

  • Proposer un service de transport solidaire aux personnes ne disposant pas de moyen de déplacement, notamment les personnes âgées.
  • Structurer un système basé sur l’organisation d’un réseau de bénévoles (partenariat CLS, CCAS, Secours catholique, Croix rouge…).
  • Déployer le service dans les cantons éloignés des axes de transports.
  • Créer du lien social en investissant les jeunes et les retraités non-dépendants.
  • Les véhicules « partagés » seront ceux des bénévoles, des bénéficiaires, ou des véhicules mis à disposition par les collectivités ou structures partenaires.